A l'occasion de l'approche de la nouvelle année, laissez moi souhaiter tous mes meilleurs vœux à l'entière communauté de l'API. En qualité de Président de cette association scientifique et professionnelle dynamique, j'aimerais réfléchir un instant sur nos progrès et confirmer de nouveau nos engagements à renforcer les liens qui nous unissent en tant que collègues.


Nous, Psychanalystes de l'API, partageons non seulement une passion profonde pour notre travail psychanalytique et notre héritage historique sans précédent, mais aussi un sentiment d'appartenance à une association internationale de grande envergure. Le rôle de l'API est de certifier et de promouvoir la formation tout en soutenant la recherche, ainsi que les débats théorico-cliniques solides sur tous les continents. Cette mission ne serait pas possible pour toute autre organisation dans notre domaine.


En signe de l'importance de la stature internationale de l'API, j'enverrai ce message traduit dans les quatre langues officielles de l'API, avec l'objectif d'en traduire davantage dans d'autres langues. Ceci n'est possible que grâce à la généreuse collaboration de nos collègues de nombreuses sociétés.


Comme toujours, vos réactions sont toujours bienvenues et appréciés. Nous sommes convaincus que l'API doit avoir un sens pour ses membres et nous souhaitons raccourcir les distances pour être plus proche de vous tous. Notre désir de transparence, dans la limite de ce qui est permis par nos procédures, se reflète dans notre objectif de favoriser une communication plus large au sein de l'API.


Depuis août 2013, la nouvelle administration a lancé un certain nombre d'initiatives. En bref, celles-ci concernent : 

  • Des projets pour un congrès API d'un nouveau genre, sur la base de travaux de groupes inter-régionaux. Ce modèle est déjà en cours de développement pour Boston 2015
  • La réorganisation de la branche Communication, laquelle implique plusieurs comités importants.
  • Des projets pour le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse de l'API.
  • Etudier, avec les régions, la possibilité de développer un nouveau eJournal International.
  • Relancer la branche Recherche, avec la possibilité d'ouvrir, en une année, l'accès de la base de données aux membres de l'API.
  • Le nouveau site web de l'API, avec des améliorations dans son organisation et des contenus en diverses langues.
  • La création de nouveaux comités d'intérêts particuliers, tels que le Comité sur "La Psychanalyse et le secteur de la santé mentale" et la proposition du comité sur "La Psychanalyse et le droit".
  • Le développement de nouvelles méthodes précises de travail dans les Nouveaux groupes internationaux.
  • Et enfin les projets d'échanges officiels internes réguliers entre les Directeurs des Instituts de formation de toutes les Sociétés et une réorganisation supplémentaire au cœur de la structure administrative de l'Association.


Nous remercions Le conseil des représentants, le personnel de Broomhills et les membres des Comités et des groupes de travail, qui oeuvrent avec tant d'enthousiasme pour réaliser toutes ces tâches exigeantes, et qui consacrent du temps, de l'énergie et de la créativité pour promouvoir l'essor de notre communauté psychanalytique à l'échelle mondiale.


Ces objectifs de restructuration requièrent nécessairement du temps. La complexité organisationnelle de l'API est justifiée, non pas uniquement en raison de sa dimension globale et le besoin de cohérence dans sa structure, mais par la précision et l'exactitude des standards et procédures visant à s'assurer que tous les domaines et tous les membres soient entendus. Cela peut signifier parfois que nos changements sont moins rapides, mais l'objectif est de construire une politique efficace de la distribution des ressources et des opportunités pour un grand nombre de nos collègues.


Ces vœux de saison, de ma part, d'Alexandra Billinghurst, de Juan Carlos Weissmann et de Paul Crake, comprennent également une note moins formelle, dédiée aux personnes que sont les analystes qui offrent à leurs patients leurs compétences, leur énergie et leur affect. 


Même si toutes les régions de l'API ne fêtent pas la fin de l'année le même jour, nous pouvons envisager ce moment comme un moment de repos, de récupération et de réflexion pour un grand nombre de nos collègues : une pause, qu'elle soit longue ou courte, mais néanmoins nécessaire de par la nature exigeante de notre travail.


Ainsi, avec la nouvelle année, nous pourrons reprendre notre travail clinique et nos réunions administratives et scientifiques.


Je vous adresse donc mes voeux les plus sincères pour une fin d'année paisible, ainsi qu'un très heureux nouveau départ : dans nos foyers, nos bureaux et nos relations avec nos proches.


Merci.